28 novembre 2019
Si les tiers-lieux constituent un véritable phénomène sur les territoires, la notion de tiers-lieu reste encore floue, énigmatique pour beaucoup d’acteurs locaux. Le problème de définition demeure. Comment l’expliquer ? Faut-il encore parler de tiers-lieux ?
Les tiers-lieux un espace de sociabilité

 

Logo_Coop_TL.pngSi l’on s’en tient à la définition originelle, le troisième lieu, "ni la maison, ni le travail", on peut se dire que le tiers-lieu est avant tout un espace de sociabilité. En cela, il répond à un besoin bien réel dans nombre de territoire où les centralités d’antan se sont vidées.

Mais on pourrait aller plus loin et explorer la notion de tiers, de médiateur, de passerelle. Le lieu, le bâtiment n’est donc pas le sujet central. Ce qui devient intéressant c’est la manière dont un collectif permet à chacun de retrouver pleinement son pouvoir d’agir, de se déployer dans tous les aspects de son individualité, et participe en même temps au développement de son territoire. Le tiers-lieux c’est un « corps intermédiaire » de proximité, géré et animé collectivement, dont l’impact se mesure autant sur la croissance des personnes qu’en terme d’intérêt général.   

Merci à Guillaume Giffard de La coopérative des tiers-lieux

 

En savoir plus sur la coopérative des Tiers-lieux : https://coop.tierslieux.net/